Au quotidien ou durant la planification de votre activité, il faut s’arrêter sur les risques matériels et humains qu’elle comporte. Il est primordial d’utiliser les bons outils pour dépister les risques afin d’éviter de sérieuses contre-performances.

Les motivations pour s’intéresser à la prévention sont multiples. Il s’agit d’écarter les grains de sable qui provoquent des accidents de travail de gravité variable, qui peuvent aller du simple « bobo » à la maladie professionnelle handicapante entraînant l’arrêt de votre activité voir même le décès. 

La loi du 4 août 1996 a constitué un tournant dans la prévention des risques professionnels dans notre pays. Désormais les  entrepreneurs doivent atteindre des objectifs de sécurité plutôt que de s’en donner les moyens. Dans le même temps, le législateur a balisé le chemin afin de  veiller à votre sécurité et à la protection de votre  santé  au  travail  assurant ainsi la pérennité de votre projet. Ne pensons donc pas que le législateur joue « au gendarme et au voleur », il nous invite au contraire à faire de la prévention une valeur universelle au travail et, pourquoi pas, dans notre vie quotidienne.

La prévention ça peut vous rapporter gros !

Il est vrai que l’adoption de mesures de prévention ne contribue pas directement aux résultats financiers de votre entreprise. Cependant négliger les dangers et les risques peut entraîner de sérieux dommages à votre organisation.

Ainsi un artisan expérimenté sous le coup d’une mauvaise nouvelle familiale a été amputé d’un bras lors du nettoyage d’un transporteur à hélice, en mouvement. Le transporteur ne possédait pas d’arrêt d’urgence de sécurité et les parties mobiles n’étaient pas protégées.  Il était  moins concentré sur son travail et le nettoyeur à haute pression qu’il employait lui glissa des mains. Tant l’absence de protection des parties mobiles de la machine que l’absence de bouton d’arrêt d’urgence sont à l’origine de l’accident irréversible, le dommage n’a pas pu être limité par manque de protection.

Le danger dû au travail ne peut pas toujours être évité. Le législateur encourage le dépistage des risques afin de les rendre acceptables.

 La prévention sera donc l’art de travailler sur la probabilité de l’accident et sur sa gravité. C’est-à-dire travailler sur les axes suivants :

· Diminuer la probabilité en évitant l ‘exposition au danger

· Diminuer la gravité en adoptant des mesures de protection collectives et individuelles

 

Rendre le risque acceptable, c’est consentir à « vivre avec »  en contrepartie d’un bénéfice, dans la mesure où il est contrôlé.