Tenir compte de ses limites physiques et financières

Supposons maintenant que, convaincu des bienfaits de l’activité physique, vous soyez déterminé à passer à l’action. Deux étapes vous restent à franchir : faire le bon choix, c’est-à-dire déterminer l’activité qui vous conviendra le mieux, et déterminer la façon la plus commode de la pratiquer.

 

Dans le domaine de l’activité physique, les études sur la persévérance sont formelles : c’est le plaisir qui doit être le premier critère de sélection. En d’autres termes, il s’agit de respecter vos goûts en choisissant une activité que vous avez vraiment envie de pratiquer une fois, une autre fois puis une autre fois encore jusqu’à ce qu’elle devienne une habitude de vie. Si vous aimez les sensations fortes, n’optez pas pour la gymnastique en salle mais plutôt pour le deltaplane ; et, dans le cas contraire, choisissez plutôt le yoga. Ne sous-estimez pas non plus votre caractère, car il peut se révéler une source de motivation comme une cause d’abandon. Si vous êtes solitaire, choisissez des activités en conséquence. Si, en revanche, vous aimez les contacts sociaux, privilégiez les activités en groupe.

Dans le choix d’une activité physique, il importe aussi d’identifier les besoins liés à la santé auxquels cette activité est susceptible de répondre. Par exemple, une personne sédentaire souhaitant « bouger » devrait se limiter, dans un premier temps, à faire de la marche ou du cyclotourisme pour améliorer sa condition générale. Sur ce point, l’idéal est de faire procéder à une évaluation de sa condition physique afin de déterminer les éléments à améliorer en priorité : endurance cardio-vasculaire, vigueur musculaire (force, endurance), contrôle des réserves de graisse, souplesse, capacité de se détendre. Opérer le bon choix, c’est aussi choisir une activité en rapport avec ses capacités : si vous êtes sujet aux entorses, évitez l’aérobic, si vous êtres allergique au chlore, évitez la natation ! L’idéal, en tout cas, serait de faire le point sur votre aptitude générale à pratiquer une activité physique par le biais d’une évaluation de votre niveau d’endurance cardio-vasculaire, qui est le déterminant le plus important de la forme. Si votre endurance est faible, il vous faudra d’abord vous remettre en forme progressivement avant de pratiquer une activité exigeante comme le squash.

Avant d’arrêter votre choix, demandez-vous aussi ce qu’il vous en coûtera. Dans le coût d’une activité physique, il faut non seulement considérer le coût de l’équipement mais aussi - éventuellement - des cours, des frais d’abonnement à un club, etc. Ces coûts peuvent varier énormément d’un sport à l’autre : la marche et la natation sont beaucoup moins coûteuses que le golf ou la plongée sous-marine.

Quelles que soient vos limites d’ordre physique ou financier, elles ne doivent en tout cas pas vous servir de prétexte à l’inactivité. Mises à part une blessure sérieuse ou une maladie en phase aiguë, les situations qui interdisent toute activité physique sont rarissimes. Pour tirer parti au maximum des activités physiques, l’idéal est de les pratiquer environ trois heures par semaine, par tranches d’au moins dix minutes réparties sur quatre à sept jours. Cet objectif peut être atteint graduellement.

Club sportif, solutions maison ou entraîneur particulier ?

Une fois que vous avez choisi une activité répondant à vos goûts, à vos besoins et à vos capacités, il vous reste encore à savoir où et comment la pratiquer.

Si cette activité requiert une inscription à un club, dites-vous que le choix du club signifie aussi le choix de tout un environnement. Veillez donc à ne pas choisir le « mauvais » club. Sur ce point, deux critères sont importants : la distance et les lieux eux-mêmes. Si la distance à parcourir pour arriver à votre club est trop grande, vous risquez de sauter des séances et finalement de tout laisser tomber. Quant aux lieux, il est préférable de les visiter le même jour et à la même heure que ceux où vous comptez pratiquer votre activité physique. Vous pourrez ainsi évaluer si l’atmosphère ambiante vous convient. Veillez aussi à voir s’il y a des éducateurs physiques, s’ils ont l’air de s’impliquer dans leur travail, s’ils sont compétents et sympathiques... Portez également une attention particulière à la qualité et à la disponibilité du matériel, regardez par exemple si les membres du club doivent faire la queue pour utiliser les appareils ou les haltères.

Certaines activités comme le jogging, le vélo, le patin à roulettes, le badminton et le vélo d’intérieur peuvent se pratiquer à la maison ou aux alentours. Si l’activité que vous avez choisie relève de cette catégorie, vous jouirez de plusieurs avantages : pas de déplacements, possibilité de vous entraîner quand vous le voulez, pas de frais d’adhésion à un club ...

Vous pouvez également engager un entraîneur « personnel ». Le gros avantage de cette formule est qu’elle préserve votre motivation dans la mesure où l’entraîneur est présent pour vous encourager à respecter vos bonnes résolutions et à mener à bien votre programme. Autre avantage : l’entraîneur sera à même d’évaluer vos aptitudes à l’exercice et en tiendra compte pendant les séances, tout comme il vous aidera à fixer des objectifs adaptés à vos besoins, à votre âge et à les réévaluer en fonction des progrès que vous aurez effectués. Du sur mesure en quelque sorte ...mais qui n’est pas à la portée de toutes les bourses !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir